Ampatiky : Un village Vezo sous l’œil du cyclone
6 juillet 2017 - Grand Angle commentaires   //   717 Views   //   N°: 90

Ampatiky est un village de 116 habitants à 7 km au nord de Morondava. Un village typique de pêcheurs Vezo de la côte Ouest, que les cyclones d’année en année ont contraints de s’éloigner du rivage. Enfin pas trop non plus.

Dans la mangrove en saison des pluies se cachent les boutres et les goélettes en carénage.

Le savoir-faire de la construction de la piroge est transmis de génération en génération. Adolescents, adultes ou anciens réaliseront plusieurs pirogues de leurs mains dans leur vie.

Hendrick est prêt pour la livraison, aujourd’hui elle se fera en charrette à zébus par la plage avant de retrouver le marché de Morondava.

C’est dans le cadre d’une prospection de terrain pour l’association française École de Brousse, accompagné par le WWF et les éco-guides d’Agamo (Association des guides agréés de Morondava) que j’ai découvert Ampatiky. La découverte commence par un arrêt majestueux à l’ancien emplacement du village, aujourd’hui plage de sable blanc et cocotiers… Avant le cyclone de 2015, la communauté de pêcheurs vivait ici face à la mer. Mais elle a dû s’installer plus loin sur un bras de mer entouré de mangroves pour être mieux protégée des cyclones qui s’abattent sur eux tout les ans depuis 2011.

Continuer à vivre et reconstruire son village, c’est le but d’Hendrick Ramalazandrainy, 28 ans, marié, et père de trois enfants dont une fille. Depuis deux ans, ce pêcheur Vezo ne possède plus rien excepté une case reconstruite de ses propres mains. Les conditions de vie sont difficiles. On manque de tout ici, à commencer par l’accès à l’eau potable. Le puits à ciel ouvert est un puits d’eau salée. La salinisation est un vrai poison pour toute la communauté. Ici les filtres de désalinisation n’existent pas. Seule solution, récupérer l’eau de pluie quand c’est possible et allez chercher de l’eau douce dans les villages voisins quand il y en a.

Avant de repartir en mer le lendemain matin, sous un soleil de plomb Hendrick répare ses filets.

Hendrick me conduit à l’école du village désertée de ses professeurs. Depuis deux ans et malgré différents courriers envoyés aux autorités éducatives, les enfants n’ont plus école. La brousse ne fait pas rêver les enseignants. Seules les chauves-souris occupent les lieux et l’école se détériore. L’accès des enfants à l’éducation reste un combat de tous les jours. Chacun reste persuadé que ce combat trouvera une oreille attentive.

Nous revenons chez Hendrick, impatient et fier de me montrer comment il conserve les poissons issus de la pêche.

Au village, cette activité est l’unique source de revenus pour les foyers. Lui pêche environ 10 à 30 kg de poissons par jour. Il n’a pas perdu les gestes de ces ancêtres Vezo. Hendrick et d’autres pêcheurs fument les poissons à moitié, une technique qui était jusqu’à présent uniquement utilisée lors de longs voyages en mer. Les poissons sont coupés en deux, enfilés sur de grands pics en bois puis piqués dans le sable et inclinés face à la fumée du feu pendant quatre heures. Le poisson peut être ainsi conservé cinq à six jours. Il est alors vendu sur le marché de Morondava pour se procurer d’autres produits de nécessité. Les gains de la vente lui rapporteront entre 100 000 et 200 000 ariary par mois.

Grâce à Hendrick, mon immersion au pays des Vezo m’a permis de découvrir des espaces naturels uniques et une population authentique et accueillante. Ampatiky bénéficie depuis quelques mois de l’appui de l’association Agamo et du WWF pour le développement du tourisme solidaire. Leur effort est un véritable levier de développement pour le village avec à la clé, préservation de l’environnement, respect des pratiques villageoises traditionnelles et bien-être de la population.

A l’abri d’un tamarin, malgré la dureté de leur vie les zazakely gardent le sourire.

C’est pendant 4 heures en plein soleil que Hendrick surveille la fumaison des différents poissons.

Les poissons encore crus sont piqués et empilés avant d’être fumés.

Texte et photos : #DamienBaudoin

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer