Alzo : La compo, c’est mon truc !
23 octobre 2019 - Cultures commentaires   //   129 Views   //   N°: 117

Installé à La Réunion, le jeune chanteur malgache Alzo commence à se faire sa place sur le marché musical de l’océan Indien. Désormais à l’aise pour présenter ses proprers compositions, il a sorti son premier single intitulé « Kaiza » en 2017 et prépare actuellement son premier EP.

Tu es un musicien qui prend son temps…
La musique et moi, c’est comparable à une longue histoire de couple. Des ratés, de belles surprises et surtout beaucoup d’efforts. Comme beaucoup de musiciens j’ai commencé par publier des reprises sur Internet, puis j’ai fait le pianiste pour d’autres amis chanteurs. Un jour, je me suis dit : tant pis, je vais m’y mettre aussi, on verra bien. Je n’avais pas ce fameux talent inné, mais j’ai travaillé jour après jour, et je travaille encore avec l’aide de personnes formidables qui m’accompagnent dans mes projets. En 2015, j’ai eu la chance d’être sélectionné pour faire la première partie d’un artiste international lors de sa minitournée dans l’océan Indien. Ça été pour moi une révélation.

Quelques mois après, j’ai obtenu une bourse pour partir aux États-Unis où j’ai étudié la performance musicale sur scène. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à faire écouter mes compositions à quelques personnes. Avec un peu d’humour parfois je me dis que si j’avais su que mon « truc » était de composer, je l’aurais fait plus tôt, au lieu de passer toutes ces heures à essayer de chanter des morceaux impossibles au karaoké (rires).

Une reconnaissance grâce à la plateforme IOMMA ?
Aujourd’hui, je fais mes premiers pas dans la professionnalisation musicale et je me suis rendu compte que c’était de l’entrepreneuriat de porter un projet, une équipe. Cette année, j’ai eu la chance de participer à l’Indian Ocean Music Market (IOMMA) 2019. Il s’agissait d’une première pour moi. J’espère que les boîtes de production malgaches vont être de plus en plus nombreuses à y présenter des artistes !

L’indie folk, un style assumé ?
C’est cet univers-là qui est le plus représentatif de ce que je suis. Simplicité, humilité et voyage, le tout dans un univers indie-folk-pop et indie-soul. C’est le fruit d’un métissage entre les sonorités occidentales et les couleurs de l’océan Indien. J’ai aussi la chance de travailler avec une équipe formidable, Rudy Caïlasson, un talentueux guitariste, ou encore Laetitia Solere, une grande voix soul-jazz, ce sont eux qui m’aident à porter ce projet. Nous avons travaillé avec d’autres musiciens sur nos live comme Pablo Aubert, un fantastique batteur, Arjuna Mariapin, un génie de la musique, Samuel Tremoulu, bassiste hors-normes, Ginot Andrianaivoarivony, un multi-instrumentiste passionné, ou encore Patrick Rabeson pianiste virtuose. Une équipe multi culturelle qui donne vie à mes morceaux et les magnifie.

D’autres projets en vue ?
Nous travaillons actuellement sur un projet de quatre morceaux produits entre La Réunion et le Canada, en suivant la tendance actuelle, afro-beat et EDM (Electronic Dance Music). Nous avons fait le choix de revenir aux bases, l’organique, parfois l’acoustique. On me demande si les morceaux sont en malgache, en français ou en anglais. Ce que je peux dire, c’est qu’il s’agit de chansons dans une langue universelle, la musique. Chacun pourra se retrouver au moins dans un des titres. Sinon, je compose énormément, pour moi mais aussi pour d’autres artistes émergents locaux et internationaux. Je me suis rendu compte que dans la musique il n’y a pas que le métier de chanteur, il y a énormément de choses à faire et je m’amuse à diversifier mes compétences.

Propos recueillis par #AinaZoRaberanto

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer