Aina : L’apprentissage du travail social
13 novembre 2017 - Cousins-cousines Diaspora commentaires   //   161 Views   //   N°: 94

Si de nombreux jeunes se perdent dans les études supérieures faute de projet bien identifié, Aina a fait le choix du cœur, la filière sociale. Son expérience auprès des personnes porteuses du sida va la convaincre du bien fondé de son choix.

Si Aina Faucon Rabenimanana , étudiante en BTS (Brevet de technicien supérieur), n’a jamais vécu à Madagascar, elle garde un attachement fort avec cette partie de sa culture. Chaque année elle rend visite à ses grands-parents qui habitent Malaza, à côté de Tana, village important pour la chute de cette histoire. Alors qu’à La Réunion d’autres étudiantes rêvent plutôt de commerce, d’une blouse blanche d’infirmière ou se destinent à l’enseignement, Aina a choisi le social. Dès le début de sa formation, elle réalise un stage à l’association Sidaventure. Cette expérience l’amène à participer à des actions de prévention de la maladie,et elle apprend à être à l’écoute des besoins des malades. Elle comprend qu’il faut à la fois les soutenir, mais aussi participer activement au changement des représentations dans la société, « le sida étant un facteur d’exclusion pour ces personnes marginalisées », explique Aina.

Elle accompagne donc les malades dans leur quotidien, découvre le fonctionnement des appartements thérapeutiques et tout le suivi mené par une équipe de professionnels médicaux, de travailleurs sociaux et de psychologues. Aina décide de rester bénévole de l’association après cette première expérience, marquant ainsi sa volonté de se rendre utile en dehors de sa scolarité. La menée d’actions collectives par les étudiants a toujours été de mise pour la formation qu’elle suit. Aina découvre alors Aina, l’association (déjà présentée dans no comment®) que l’un de ses professeurs a décidé de soutenir par des actions à La Réunion. Aina devient donc bénévole lors des levées de fond, par exemple lors du pique-nique annuel traditionnel de l’association. Mais ce qui la motive le plus, c’est la préparation d’un voyage à Madagascar avec sa classe. Elle découvre alors que l’association qui porte son nom est au cœur du village de ses grands-parents !

Elle prend alors le leadership de l’organisation, part bientôt en éclaireuse pour préparer le terrain à ses camarades de classe : logement, intendance, mise en place d’un programme de rencontre et de partage entre les étudiants du BTS et les enfants de Malaza. Et plus tard ? « Assistante sociale dans l’Armée française », répond-elle.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer