Abraham 07 : L’artiste sans maître
3 mars 2012 - Déco commentaires   //   1072 Views   //   N°: 26

Abraham 07 se définit comme un « artiste sans maître ». Normal, qu’il touche à la peinture, à la musique ou aux mots, c’est toujours seul, en pur autodidacte, qu’il avance. Un talent hors-norme qu’une exposition nationale doit consacrer cette année.

Peintre, designer, poète, slameur, auteur-compositeur, metteur en scène, Razara Satamalaza Abraham, dit Abraham 07 – à ne pas confondre avec l’agent secret de sa Majesté – est ce qu’on peut appeler un touche-à-tout inspiré. Un artiste complet. Et, doit-on ajouter, un pur autodidacte, ce pourquoi il aime aussi à se faire appeler « l’artiste sans maître ». Présomptueux, le Tuléarois ? Pas du tout. Simplement conscient, à 26 ans, de ne rien devoir à personne en bon self-made-man de l’art.

« J’ai toujours aimé dessiner. À l’école je remportais tous les concours, mais j’ai vraiment découvert la peinture, la magie des couleurs, au début des années 2000. En tâtonnant pas mal les premières années, car je partais vraiment de zéro… » 

Six ans plus tard, il donne sa première expo à l’Alliance française de Tuléar : 28 tableaux, petits et grands formats, qu’il rassemble sous le titre de Coup d’inspiration. Puis ce sera L’artiste et son art en 2008, Danse des palettes en 2009, Tuléar en peinture en 2010, et pour cette année, une exposition nationale intitulée Madagascar l’île pittoresque qu’il présentera à Tana.

Observateur du réel, Abraham 07 ne se contente pas de reproduire ce qu’il voit ; ce qu’il cherche, confie-t-il, c’est « ce qu’il y a au-delà de l’apparence, l’âme des choses et des êtres ». « Un peintre a deux choses à représenter quand il travaille sur un personnage : le sujet vu de l’extérieur et ce qui se passe dans son esprit. La première est facile à rendre, la seconde beaucoup plus ardue ».

Même chose en ce qui concerne ses superbes paysages de Tuléar, qu’on dirait « habités » tellement ils vibrent sur la toile, nimbés dans la lumière de la côte. La musique, « petite soeur de la peinture », est toujours là pour nourrir son inspiration, car elle permet de mieux se représenter l’invisible, la « face cachée des choses » – le mystère des « correspondances », aurait dit Baudelaire. Lauréat du concours de littérature française en 2009, Abraham 07 est aussi un artiste des mots, là aussi visant à l’intime des choses.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer